Bonnet : « C’est chouette d’accueillir cinq jeunes filles à Nice pour leur faire découvrir mon quotidien »
Bonnet 45

Bonnet : « C’est chouette d’accueillir cinq jeunes filles à Nice pour leur faire découvrir mon quotidien »

Propos recueillis par Romain Beauvais

Entretien. Ce mercredi, cinq jeunes filles, été sélectionnées par la MAIF parmi l’ensemble des participantes aux courses de la Lycéenne MAIF Run qui se sont déroulées les mercredis 6 et 13 mars 2019 dans différentes villes de France, auront la chance d’être accueillies par la championne Charlotte Bonnet, chez elle, à Nice afin de partager ainsi, le temps d’une journée, son quotidien de sportive de haut-niveau. Pour rappel, c’est la MAIF, dont Charlotte Bonnet est la nouvelle ambassadrice depuis le début d’année, qui est a l’initiative de ce projet et qui a souhaité offrir ce moment privilégié aux filles et à Charlotte. Une belle occasion pour Charlotte de transmettre un maximum de choses à ces lycéennes. Son objectif sera rempli si en rentrant de ce moment privilégié avec la nageuse tricolore, les jeunes filles s’inscrivent dans un club ou dans une salle pour pratiquer une activité sportive.

Charlotte, pourquoi avez-vous accepté d’être ambassadrice pour La Lycéenne MAIF Run 2019 ?
On m’a proposé d’être ambassadrice de La Lycéenne MAIF Run car cela mettait, tout d’abord, en avant des jeunes filles. Mais surtout, je veux leur donner le goût du sport, ou leur faire partager davantage ma sport. C’est chouette d’accueillir cinq jeunes filles à Nice pour leur faire découvrir mon quotidien durant toute une journée. Ce projet m’a beaucoup plu. J’espère que cela leur fera plaisir de venir échanger avec moi.

Qu’est-ce que cela représente pour vous de faire partie de cette aventure ?
Un mercredi après-midi, j’ai pu assister à La Lycéenne MAIF Run organisée à Nice, et j’ai vu des jeunes filles ravies de pouvoir participer à ce bel événement. Mon objectif sera rempli si j’arrive à leur transmettre le maximum de choses. Elles ont entre quatorze et dix-sept ans. Pou la plupart, elles ne pratiquent pas assez de sport en milieu scolaire. J’espère ainsi leur faire comprendre qu’il est bon pour leur santé de pratiquer une activité physique, une fois par semaine. Par exemple, Peut-être en faisant un petit footing ou en allant nager…

Quels enseignements allez-vous en retirer d’un point de vue personnel ?
De rencontrer ces jeunes filles chez moi à Nice. De leur transmettre toute ma passion du sport et voir si j’arrive à leur donner envie de se mettre à la natation car ce n’est pas un sport facile à vendre. Ce sont des heures et des heures d’entraînements dans le bassin. Peut-être qu’elles auront aussi des questions autour de ma vie de sportive de haut niveau. Cela va également beaucoup m’apporter pour la suite de ma carrière. La plus par du temps, je fais face à des écoles primaires lorsque je transmets mon vécu de sportive. Là, ce sera plus complexe, car je ne l’ai jamais fait avec des lycéennes. Cela va être un challenge pour moi…

>« Leur inculquer le goût de l’effort, propre à chaque sport, et pas uniquement à celui de la natation »

Vous allez recevoir cinq jeunes, qu’avez-vous envie de leur inculquer ?
J’espère leur inculquer le goût de l’effort, propre à chaque sport, et pas uniquement à celui de la natation. Je ne pense pas qu’elles vont nager avec moi. Elles pourront tout de même voir dans quelles conditions je m’entraîne au quotidien. Elles pourront aussi voir toutes les contraintes que je peux rencontrer dans ma vie de sportive de haut niveau.

Quel est votre journée type d’une sportive de haut niveau ?
Pour moi, la journée commence très tôt. Dès 6h15, je suis debout. À 7h15, je suis dans l’eau jusqu’à 9h30. Ensuite, j’ai un peu de temps pour moi. Je mange vers 11h30 car à 15h, je replonge jusqu’à 17h, 17h30. Enfin, le lundi et le vendredi, j’ai une séance de musculation en plus après l’entraînement du soir.

À votre époque, vous auriez aimé avoir un tel événement pour vivre le quotidien d’une sportive de haut niveau ?
Bien évidemment ! J’aurais aimé avoir eu cette chance ! Cela m’aurait permis de rencontrer une sportive de haut niveau et de pouvoir échanger avec elle. Cette dernière aurait pu répondre à toutes les questions que je me posais à l’époque. Est-ce difficile ? Est-ce que l’on garde la même motivation après plusieurs heures d’entraînements dans une piscine ou sur un terrain de football ? C’est essentiel à savoir lorsque l’on débute un sport et que l’on veut performer au plus haut niveau.

>« On trouve enfin notre place dans le paysage médiatique français »</em>

Grâce à La Lycéenne MAIF Run, beaucoup de jeunes filles vont se mettre au sport, d’ici Paris2024 ?
Il reste encore beaucoup d’efforts à réaliser pour y parvenir. Le constat est sans appel. On peut voir qu’au collège, on fait peu de sport. C’est encore pire lorsque l’on arrive au lycée. Il faut donc qu’elles continuent à pratiquer une activité sportive à la faculté et en entreprise.

Avez-vous cet espoir, que les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris2024, va laisser un bel héritage pour le sport féminin ?
C’est l’occasion de montrer aux Français que le sport a une place prépondérante dans notre société. Ce sera également l’occasion, pour nous, sportives de haut niveau de s’intéresser à d’autres sports. Si on le fait, les spectateurs s’y intéresseront aussi. Il est certain que l’on parle moins de sport féminin. Les choses avancent car on voit davantage de sportives féminines, qui performent aux Jeux Olympiques, aux Championnats du monde ou d’Europe, sur les réseaux sociaux. On trouve enfin notre place dans le paysage médiatique français.

Programme Prévisionnel :
12:00 Déjeuner avec Charlotte Bonnet
14:00 : Entraînement Charlotte bonnet
16:00 : Visite du Musée nationale du sport à Nice

Légende photo : Cinq jeunes filles viennent à la rencontre de Charlotte Bonnet, ce mercredi chez elle à Nice (Crédit photo : Twitter Charlotte Bonnet)

Leave a Comment
Contactez-nous