Sauval : « Les femmes doivent toujours prouver plus que les hommes »
Hand Sauval

Sauval : « Les femmes doivent toujours prouver plus que les hommes »

Propos recueillis par Romain Beauvais

Entretien.C’est une grande première en Ligue féminine de handball (LFH) avec un duo président-entraîneur féminin. C’est une grande fierté pour Florence Sauval, la coach de Saint-Armand-les-Eaux d’être l’une des deux seulesfemmes à entraîner dans ce Championnat de France. Élue meilleure entraîneure en Deuxième Division, Sauval va découvrir, avec son équipe, l’élite du handball français féminin. Ce sera donc une saison pour apprendre avec l’objectif de se maintenir en LFH. Les choses sérieuses débuteront, ce mercredi à domicile, face à Chambray.

Florence, que cela représente-t-il pour vous d’être, avec Raphaêlle Tervel, l’une des deux seules femmes à entraîner en Ligue féminine de handball (LFH) ?
C’est une grande fierté de rejoindre Raphaëlle Tervel à ce niveau-là. C’est bien d’avoir des femmes compétentes dans ce Championnat. Et il y en a quelques-unes. On est des acharnées. À un moment, le travail porte ses fruits. C’est le cas de Raphaëlle Tervel qui a beaucoup travaillé à Besançon pour en faire ce qu’il est aujourd’hui. C’est une référence dans le milieu du handball. Pour ma part, je vais rester humble. Car cette année, on sera le petit poucet et on aura une carte à jouer pour espérer se maintenir en Ligue féminine de handball (LFH).

Très peu de femmes sont à la tête des équipes évoluant en LFH, comment l’expliquez-vous ?
Je pense qu’il y a très peu de femmes à la tête des équipes car elles préfèrent construire une famille, et d’avoir une activité professionnelle très stable. Mais il y en a qui arrive à s’intégrer dans ce milieu d’hommes. Aujourd’hui, on ne fait pas assez confiance aux femmes et à leurs compétences.

Comment peut-on leur donne envie d’entraîner une équipe féminine de handball ?
On doit leur faire confiance. Il faut également les aider et les accompagner pour que les femmes embrasent cette carrière d’entraîneur.

« Le Nord est réputé pour sa chaleur humaine »

Pour votre part, comment avez-vous réussi à briser ce plafond de verre ?
C’est une longue traversée du désert ! C’est culturel ! Dans la société française, les femmes doivent toujours prouver plus que les hommes. Lorsque l’on a la légitimité et la reconnaissance du travail accompli, il y a un certain respect de la part de notre milieu. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Je pense qu’il a fallu s’armer de patience pour en arriver à ce niveau. Aujourd’hui, cela fait trente ans que j’évolue dans le milieu du handball, et j’adore ce que je fais. Chaque jour est différent car je dois mettre en place les stratégies mais surtout on doit optimiser les performances de chacune de nos joueuses afin d’avoir une équipe compétitive pour l’ouverture de la saison en LFH.

C’est un avantage pour vous d’avoir une femme comme présidente ?
J’ai la chance d’avoir une femme comme présidente. Sophie Palisse est une directrice d’une agence Pole Emploi. Elle est manager et elle a le sens du management et des relations humaines. Et puis, vous savez, le Nord est réputé pour sa chaleur humaine ! Même si tout n’est pas linéaire, notre projet est clair et réfléchi. Il faut rappeler que l’on est le seul duo féminin (présidente-entraîneurs) dans ce entraîneur dans ce Championnat de France. Ce n’est du jamais vu.

Comment jugez-vous l’avènement du sport féminin dans la région des Hauts-de-France ?
Il y a déjà une belle dynamique à Saint-Armand puisqu’un club de basketball évolue au plus haut niveau chez les filles. On a un maire très motivé pour mettre en lumière le sport féminin. Par ailleurs, nos instances fédérales nous suivent. Nous avons également des partenariats avec les clubs de la région, comme Hazebrouck, Lomme, et d’autres, évoluant en Nationale 2. Dans les années à venir, on espère maintenir cette belle dynamique dans les Hauts-de-France.

« Il y a beaucoup d’enthousiasme et d’envie à l’idée de disputer ce premier match en LFH »

Que manque-t-il au niveau national pour faire aussi bien que dans votre région ?
Un peu de pédagogie ou de relationnel. Mais il existe des gens dont c’est le métier. Il y a tout un développement à mener pour faire évoluer les mentalités. Il faut faire comprendre que le sport féminin a sa place pour réussir dans notre société.

Un petit mot sur votre saison à venir ?
Il faudra faire preuve d’humilité ! Car la plupart de mon effectif n’a jamais évolué à ce niveau-là. Elles vont découvrir le haut niveau. Il y a un peu d’appréhension. Il va nous falloir un peu de temps pour appréhender cette Ligue féminine de handball. Ce sera un vrai apprentissage pour nous !

Comment voyez-vous ce premier match face à Chambray ?
On va jouer dans notre salle, devant notre public avec tous nos partenaires à nos côtés. Il faudra gérer tout cet environnement. Ensuite, on rencontre une équipe habituée à ce genre d’évébement. Il y a plein d’enthousiasme et d’envie à l’idée de disputer ce prmeir match en LFH.

Légende photo : L’entraîneure de St-Armand-les-Eaux, Florence Sauval (à droite sur la photo), espère se maintenir en LFH (Crédit photo :LFH)

Leave a Comment
Contactez-nous