Lansac : « À Paris, c’était génial. »
Delphine Lansac est satisfaite de ces Internationaux de France (Blackboar)

Lansac : « À Paris, c’était génial. »

Propos recueillis par Romain Beauvais

Après avoir franchi pour la première fois le tableau principal des Internationaux de France de badminton à Paris-Coubertin, Delphine Lansac est revenue sur ces deux jours fabuleux dans la capitale. Bien évidemment pour elle, le moment phare de son tournoi reste ce premier tour face à la championne du monde 2013, Ratchanok Intanon. Malgré l’élimination, la Lyonnaise voit ainsi que les efforts consentis depuis le début de la saison commencent enfin à porter ses fruits.  

Delphine, comment avez-vous vécu ces Internationaux de France de badminton à Paris-Coubertin ?

À Paris, c’était génial. J’ai réalisé d’excellents matches en simple. En plus le public n’a pas arrêté de me m’encourager durant toutes mes rencontres. À l’approche des points importants, leur soutien m’a beaucoup aidé et cela a penché en ma faveur.

Qu’est ce qui vous a le plus marqué ?

Incontestablement mon match contre la Thaïlandaise Ratchanok Intanon qui a été championne du monde l’année dernière. C’est fou le niveau de jeu qu’elle produit. Je n’avais jamais joué contre une telle joueuse. Mais j’ai tout de même réalisé une bonne partie.

Qu’allez-vous en retenir ?

Je ne sais pas trop. Je me rends compte que je n’étais pas si loin que cela du haut niveau. Maintenant, il faut que je travaille davantage pour pouvoir participer à ce genre de tournoi toutes les semaines.

« Il y a encore plein de choses à travailler. »

Justement qu’avez-vous pensé de ce premier tour contre Ratchanok Intanon ?

J’avais bien démarré cette rencontre contre Ratchanok Intanon. À la pause, je menais 11-10. Ensuite, elle a commencé à comprendre mon jeu. Elle m’a alors posé beaucoup de problèmes et elle a inscrit tous les points. Je n’arrivais plus à trouver la faille dans son jeu car elle anticipait tous mes coups.

Sur quoi devez-vous encore travailler pour accrocher les meilleures joueuses mondiales ?

Cela concerne plutôt l’aspect technique de mon jeu. Il faut que je continue à travailler autour de la fixation. Je dois également bosser sur mon jeu en fond de court ainsi qu’au filet. Après je dois gagner en physique car mine de rien, j’étais un peu fatiguée après mes deux matches de qualifications. Le deuxième jour, je me sentais un peu moins bien sur le terrain. Il y a encore plein de choses à travailler.

Ce genre de match vous donne-t-il beaucoup de confiance ?

J’ai pu me rendre compte du niveau de jeu dont j’étais capable de produire. Je peux voir que j’ai les capacités pour le reproduire sur chaque match. Cela prouve que je progresse et cela me motive pour la suite de ma saison.

« Depuis le début de la saison, c’est mon meilleur tournoi. »

Maintenant, comment voyez-vous l’avenir ?

C’est plutôt positif. Depuis six mois, j’ai pu constater des progrès significatifs dans certains compartiments du jeu. Lorsque je joue des matches comme ceux que j’ai disputé à Paris-Coubertin, je me dis que tous les efforts consentis payent enfin.

Ce tournoi parisien est donc une réussite pour vous

Depuis le début de la saison, c’est mon meilleur tournoi. J’ai réussi à battre une fille comme Stefani Stoeva. La Bulgare était un peu ma bête noire car elle m’avait battue à cinq reprises et j’ai réussi à la battre à Paris.

 

 

 

 

Leave a Comment
Contactez-nous