Des Bleues en reconstruction
Ophélie-Cyrielle Étienne, Charlotte Bonnet et Coralie Balmy et la jeune Cléo Hache, encore dans le bassin, espéraient mieux sur ce relais 4x200 m desChampionnats d'Europe de Berlin (Icon Sport)

Des Bleues en reconstruction

Par Romain Beauvais

Après l’arrêt de Camille Muffat, l’équipe de France du 4×200 m devait trouver les ressources pour se reconstruire. À l’occasion des Championnats d’Europe, les Bleues espéraient bien décrocher une médaille. Malheureusement, les Françaises ont terminé à la cinquième place. C’est tout de même de bon augure pour l’avenir…

C’est toujours compliqué de se reconstruire. Surtout après la retraite de Camille Muffat, les Bleues étaient en plein doute. Mais il fallait rebondir et repartir de l’avant sans elle. Les nouvelles têtes de ce relais 4×200 m devaient se préparer pour tenter de décrocher une nouvelle médaille internationale. Après le bronze aux Jeux olympiques de Londres en 2012 et aux Mondiaux de Barcelone en 2013, les Françaises espéraient bien être à nouveau sur le podium des Championnats d’Europe à Berlin.

Qualifiée pour la finale, Charlotte Bonnet est la première à se mettre en action pour lancer ce relais tricolore. Après un 200 m moyen, c’est au tour d’Ophélie-Cyrielle Étienne de  s’élancer. À mi-parcours, la France est sixième. Mais Coralie Balmy réalise un relais exceptionnel et ramène les Bleues sur le podium. Enfin, Cléo Hache (17 ans) doit désormais tenir ce résultat. Malheureusement, elle va craquer dans le dernier 50 m et les Bleues terminent finalement à la cinquième place de ce relais 4×200 m.

« On savait que cette course allait être très serrée, soufflait Coralie Balmy au micro de France Télévisions. Il fallait se battre et c’est ce qu’on a réussi à faire. On a toutes bien nagé même Cléo (Hache) a très bien fini ce relais pour sa première course en équipe de France. Elle n’a pas eu peur dans le bassin. Il n’y a que du positif. » Les Bleues ont deux ans devant elles pour travailler afin de décrocher une nouvelle médaille lors des JO de Rio en 2016. Avec ces filles-là, tout est possible.

 

 

 

 

 

Leave a Comment
Contactez-nous