C’est fini pour sashina
Sashina Vignes 14

C’est fini pour sashina

Par Romain Beauvais

À Paris-Coubertin

 

Dernière représentante tricolore en simples dames, Sashina Vignes-Waran n’a rien pu faire contre Shiwian Wang en huitièmes de finale des Internationaux de France à Paris-Coubertin.

Le miracle n’aura pas eu lieu pour la nouvelle numéro un française. Sashina Vignes-Waran, qui était la dernière représentante tricolore en lice en simples dames, a pris une correction face à Shixian Wang (6/21, 10/21), ce jeudi en huitièmes de finale des internationaux de France à Paris-Coubertin. Partie avec un retard conséquent au début de chaque set, la Française n’a pas réussi à renverser le match malgré un public acquis à sa cause tout au long de la partie.

« Je suis passée à côté de ma rencontre. Je n’ai pas réussi à entrer dans ce match. Je n’avais jamais joué avant contre cette Chinoise. Elle a très bien joué et elle masquait très bien ses coups. Mon entraîneur m’a demandé de la fixer au filet mais je me suis fait avoir, concède Sashina Vignes-Waran. Le public était derrière moi et je n’ai pas pu tout donner. Je suis déçue de ma prestation car devant mon public, j’aurais aimé mieux jouer. »

Une première mitigée

Pour sa première participation aux Internationaux de France sous le maillot de l’équipe de France depuis sa naturalisation, la Française n’a pas à rougrir de sa prestation. Après un premier tour convaincant face à la Bulgare, Linda Zetchiri (21/17, 21/17), Sashina a porté haut et fort les couleurs de la France, sa nouvelle terre d’accueil. « C’est extraordinaire car le public est derrière moi. Je me sens vraiment chez moi. Je pense que cela va me motiver pour la suite de ma saison. J’ai vraiment envie de ramener de bons résultats pour la France. Ce sera mon objectif principal », souffle-t-elle.

Elle espère ramener une médaille des Championnats d’Europe disputés en avril prochain à Kazan en Russie. Mais la Tricolore veut surtout donner un nouveau souffle au badminton français. « Avec tout le battage médiatique autour des Internationaux de France, j’espère que cela puisse faire évoluer ce sport. Si je peux faire quelque chose pour le badminton, c’est donner envie aux gens de prendre une raquette pour aller jouer au « bad », rappelle-t-elle. La FFB a sans doute trouvé sa nouvelle égérie…

Leave a Comment
Contactez-nous